Maladies Cardiovasculaires

Publié le : 06/04/2011. Mis à jour le : 08/04/2011

Crise cardiaque : chaque minute compte !

« Après un infarctus, il faut intervenir si possible dans les deux premières heures qui suivent le début de la douleur, « les heures en or », ou au plus tard dans les douze heures. Le taux de mortalité des patients qui sont transférés à temps en milieu hospitalier spécialisé est de 4,5 %, il a été divisé par deux en dix ans », souligne le Dr Michel Hanssen. 

Intervenir en urgence

Le traitement commence dès le domicile et en cours de transport vers l’hôpital. Dès l’arrivée à l'hôpital, une coronarographie permet de visualiser précisément l’obstruction artérielle, puis de pratiquer une angioplastie (dilatation de l’artère par un petit ballon introduit au niveau de l’artère fémorale ou radiale). 
Parfois, il est nécessaire d’insérer un stent (tuteur métallique pour maintenir l’artère ouverte) ou de faire un pontage coronarien (retirer la partie de l’artère qui est bouchée). 

A Savoir

Des services spécialisés 

En Alsace, il existe sept services d’urgence cardiovasculaire spécialisés : à l’hôpital d’Haguenau, au Nouvel Hôpital civil et à la clinique de l’Orangerie à Strasbourg, au GHPA et à l’Hôpital Pasteur à Colmar, au centre hospitalier et à la clinique des Diaconats à Mulhouse.

Après l’hospitalisation, un temps de réadaptation 

Après un accident vasculaire cérébral, il est souvent nécessaire de passer quelques semaines dans un service de soins de suite et de réadaptation (SSR) pour récupérer au mieux ses capacités. En Alsace, il existe 4 services spécialisés dans la rééducation neurologique
Après un infarctus du myocarde, une angioplastie ou un pontage, un temps de réadaptation est nécessaire afin de réentraîner progressivement le cœur à l’effort. Cela peut se faire dans un des centres de réadaptation spécialisés de la région : Hôpital de Wissembourg, Schirmeck, centre de Lalance près de Mulhouse, Abreschwiller en Moselle. Ou en externe une à deux fois par semaine, comme à la clinique de l’Orangerie à Strasbourg, pour faire des exercices (bicyclette, tapis roulant, etc.) sous contrôle médical. 

Un suivi médical au long cours

Suite à un infarctus, un rendez-vous régulier par son généraliste est nécessaire, en lien avec un cardiologue. La fréquence des consultations varie en fonction de l’évolution du patient.
 
Un traitement à vie est nécessaire. Celui-ci comprend en général quatre classes de médicaments : bêtabloquant, anti-agrégant plaquettaire, statine et inhibiteur de l’enzyme de conversion.
Toutes les personnes ayant une coronaropathie peuvent bénéficier d’une prise en charge à 100 % par l’assurance maladie des frais de santé liés à cette affection (dans le cadre des affections de longue durée).
 
 
Pages < 1 - 2 - 3 - 4 >
 

photo
 

Qui contacter ?

Au niveau national

FFC
(Fédération française de cardiologie)
5 rue des Colonnes du Trône
75012 Paris
Tél. : 01 44 90 83 83

 

En alsace

RCPO
(Réseau de cardio-prévention d’Obernai)
1 route de Boersch
67210 Obernai.
Tél. : 03 88 95 14 69

ASPREMA
(Réseau de prévention mulhousienne contre l’athérosclérose)
27 rue d’Alsace
68200 Mulhouse
Courriel : diaconat@wanadoo.fr

ACA
(Association de cardiologie d’Alsace)
16, rue Laendry
67210 Niedernai.
Tél. : 03 88 95 53 42.